top of page
Rechercher

Lettre à Maung Yang #4

👋🏼 Salut Maung Yang,


Cette nuit, c’est très calme. Une mer d’huile comme on aime à les appeler. Il est minuit et demi et la lune m’éclaire assez pour t’écrire. Je suis de toute façon sur un smartphone donc lune ou pas, je t’écrirais. 🌖


Je me disais, tu as 16 ans, c’est bien ça ? À 16 ans, on se construit. Tu me diras à 22 (mon âge) aussi, mais peut-être moins intensément. J’aimerais partager avec toi un élément qui m’a permis d’avancer de mon côté. Tu prends ou tu ne prends pas, libre à toi !


👍🏼 « Savoir dire oui »

Comme on dit, il y a l’art et la manière de faire. Dire « oui » est très simple et nous devons d’ailleurs le faire plusieurs fois par jour. Mais savoir avancer un « oui » affirmé, mesuré et engageant est plus compliqué. On met en jeu sa confiance et ça peut faire peur.

Tu trouveras sur ta route des « Yes Man » qui par peur de louper quelque chose diront oui à tout. Quoiqu’il en coûte, ils le feront. Ceux-là, leur problème, c’est la mesure. Parfois au détriment de leur amour-propre ou de leur prochain.

Ensuite, il y a les frileux. Ils ne disent pas « oui » mais « peut-être » ou carrément un « non » lapidaire sans avoir eu le temps de poser le pour et le contre. Ceux-là, leur problème, c’est la confiance. Ils ne se font pas confiance ou ils ne font pas confiance aux autres.


Il faut, Maung Yang, que tu te construises un « oui » mature. Il peut être rare mais toujours engageant envers les autres et surtout envers toi. Il peut être précédé d’une longue réflexion, mais toujours inspiré. Il peut être un « non », car dire « non » te permettra sûrement de dire « oui » à quelqu’un d’autre.


Tu vois, Maung Yang, j’ai mis un peu de temps à savoir dire « oui » mais le dernier que j’ai prononcé était assez… Comment dire?… Cher ?… Prenant ?… Réjouissant ! 🤩

En effet, il y a deux ans, je disais « oui » à Vianney pour traverser l’Atlantique sur un voilier. Un emprunt étudiant et beaucoup de temps consacré à ce projet plus tard, je suis catégorique. Que c’est bon de dire « oui » ! La traversée ne fait que commencer, mais j’ai déjà des enseignements pleins la tête et de la joie plein le cœur. Ce « oui » m’a coûté cher, mais qu’est ce qu’il rapporte. Un placement humain comme on n’en a jamais vu !


Et j’ai une bonne nouvelle Maung Yang, à 22 ans, je veux encore dire beaucoup de fois « oui ». À Vianney, à d’autres amis, à une femme, à une famille, aux pauvres, à un métier, à une mission et plein d’autres choses.


Alors Maung Yang, de haut de tes 16 ans, tu auras l’occasion de dire « oui ». J’espère que tu as maintenant des clés pour bien le faire !


À bientôt Maung Yang,

Ton parrain François ⛵️


Vous aussi devenez parrains !











Kommentare


bottom of page