top of page
Rechercher

Lettre à Serey #0




Cher Serey,


Aujourd’hui, je me sens chanceux. Dans quelques jours, je vais réaliser un de mes rêves, qui il y a deux ans me semblait encore inatteignable : traverser l’Atlantique à la voile.


Ferme les yeux, je vais te décrire ce rêve que je fais depuis que j’ai ton âge, avant de m’endormir. Imagine toi assis, sur un bout de coque qui glisse à travers les vagues. Autour de toi, il n’y a rien. Que de l’eau, partout. Et le ciel. Dans le ciel, on peut lire les nuages. Gris, grincheux, ou noirs, imposants, ou encore blancs, accueillants. Chacun annonce une histoire différente, à laquelle on va pouvoir assister au premier rang. De nuage en nuage, on se déplace, et après trois semaines, on arrivera sur un autre continent. C’est joli non ?


En déambulant sur les pontons depuis quelques jours je vois plein d’autres marins. Chacun a le même rêve que moi, avec des sons et des couleurs qui lui sont propre. Alors que nous allons faire sensiblement la même route, avec quasiment le même bateau, chacun aura une histoire différente à raconter.

Le témoignage nous permet de vivre les rêves des autres. Donc je me sens chanceux parce que je m’apprête à vivre une centaine de rêves d’un coup, dont le mien.


C’est cela que je veux te partager tout au long de cette aventure. Car je me sens chanceux d’être ton parrain. Toi, tu rêves de devenir professeur, et quand ce rêve se réalisera, je sais que j’aurai la chance de le vivre avec toi, par procuration.


Ton parrain,

Vianney



Opmerkingen


bottom of page