top of page
Rechercher

Lettre à Serey #13 - contraste

✍🏻Salut Serey,


Cette nuit, je pense que j’ai tiré le bord le plus rapide de ma vie. En fin de journée, en voyant que le vent montait autour de 20-25 nœuds, j’ai voulu tester un type de réglage du spi dont nous avait parlé un entraîneur il y a quelques mois. Le concept ? Élever le spi vers le haut pour qu’il fasse décoller le plus possible le nez du bateau. Si tu veux sortir ton dico du vocabulaire marin, c’est très simple : blinder le patarras, blinder les barber, debasser un peu et lofer de quelques degrés. Simple non ? Cette configuration a été baptisée le « mode fly ». Et c’était grandiose. Le compteur descendait rarement en dessous de 10 nœuds, les surfs atteignaient régulièrement les 15 nœuds, et ont dépassé par deux fois les 17 nœuds. De quoi tirer le maximum de ces derniers jours de vent relativement fort, et grappiller quelques milles sur nos concurrents. 🐎


Mais ce qui est gagné est bien vite perdu. Alors que nous tracions notre chemin sous spi asymétrique depuis le début de la matinée, une grosse masse nuageuse se dessine devant notre chemin. Lorsque nous nous rapprochons, d’un coup, le vent tourne net. Et disparaît. La pétole, totale, alors que nous avions et que nos fichiers météo annonçaient 15-20 nœuds. Nous sommes bloqués derrière un grain ! C’est très frustrant, car nous savons que ce phénomène est très local et qu’une, pendant que nous sommes cloués sur place, les concurrents continuent de tracer leur chemin, mais nous devons prendre notre mal en patience, et prier pour que ça passe vite. 😣


La mer est imprévisible et il faut l’accepter. L’énervement commence à monter, je vais aller me coucher avant que ça ne pète.


À demain Serey. 😴


Ton parrain,

Vianney ⛵️

Vous aussi devenez parrains !






Comments


bottom of page